Les signatures cachées ; premières constatations

Cela fait plusieurs années que j’étudie l’œuvre de Regner, que je scrupte minutieusement ses toiles. Elles étaient là sous mon nez et je ne les avais pas vues, j’en avais entendu vaguement parler, mais sans l’œil avisé d’Yves, (un membre de l’association à qui je dois aussi la plupart des clichés photos qui sont sur ce blog) je serais complètement passé à côté. Je ne suis pas la seule, j’ai fait le test avec des membres de la famille du peintre qui ont des toiles chez eux et… c’est la même chose…

Depuis c’est un jeu : trouver les signatures cachées dès que je vois une toile. Le tout est d’être initié… Chez Regner, à mon avis cela veut dire beaucoup.

Ces signatures sont des initiales (A.G.R) glissées dans les toiles à partir de 1965, elles apparaissent sur une première couche de peinture et sont recouvertes par une seconde. Elles se situent souvent aux angles de la toile et peuvent se trouver sous la signature.

Elles sont de la même couleur que le tableau, et sont repérables grâce à un effet de matière. Dans certaines toiles elles sont à peine visibles. Mais d’après mes premiers relevés elles sont systématiques à partir de 1965.

Vers 1980, Regner à peint trois toiles témoins afin d’expliquer sa technique (cf. l’Elaboration d’une toile). Dans une de ces toiles, lors du report du dessin à la peinture blanche, les initiales sont présentes, ce qui permet de savoir à quel moment la signature est ajoutée. Et montre que Regner avait donné toutes les clés de lecture de ses toiles, il suffisait de regarder.

Je n’ai pas relevé de témoignages de Regner à propos de ces signatures cachées. Seul Henry Lhotellier les mentionnent dans un article :

Aux murs, de tes peintures, paysages ou natures mortes comportant, dissimulé dans un feuillage ou dans l’ombre d’un objet, un minuscule point rouge. Signe ou signature sécrète qui annonçait déjà tes « signatures cachées » futures. Là pointe déjà ta recherche de l’envers des choses, de l’invisible sous le visible, la transmission du message profond de l’inconscient. Lhotellier in Bononia, 1991.

Les commentaires sont fermés.